Brisures crépusculaires



Les quelques clients accoudés au bar terminaient tranquillement leur bière, une cigarette à la main. Le juke-box diffusait une vieille chanson des années cinquante, expliquant à ceux qui étaient là que leur vie ne servait pas à grand-chose, qu'ils feraient mieux de disparaître pour ne jamais revenir. Au fil des ans, l'atmosphère âcre et enfumée de la salle avait jaunit le papier peint. Dans ce motel miteux, il valait mieux ne pas être trop regardant sur la propreté des lieux si l'on voulait passer une nuit dans l'une des chambres.

La chanson suivante voulait absolument leur recommander de ne jamais sortir la nuit, à moins que ce ne soit pour rencontrer des femmes faciles, ces succubes-araignées qui deviendraient leur linceul, quand la porte d'entrée s'ouvrit brutalement. Le vent s'engouffra dans le bar avec violence. Tous se tournèrent vers le vieil homme qui venait d'entrer. La tête pleine de sang, une expression douloureuse sur le visage, il demanda d'une voix étranglée par l'émotion : "Je cherche ma femme, vous n'avez pas vu ma femme ?".





Dans la chambre six, l'homme assis sur le lit réfléchissait à ce qu'il allait faire. Il ne comprenait pas comment il en était arrivé là, comment la situation s'était à ce point compliquée. D'accord il en était responsable, mais bordel de couilles il n'avait quand même pas tous les torts ! C'était quoi son problème à cette pétasse ? Il voulait juste jouer un peu avec elle, comme il l'avait fait de nombreuses fois avec les filles qu'il avait prises en stop, lorsqu'elles étaient seules bien entendu. Dès que c'était possible il s'arrêtait dans un lieu désert, ce qui ne manquait pas sur ces longues routes du Minnesota, prétextant une envie pressante. Il ne la violait pas, c'était seulement pour s'amuser à lui faire peur, sous la menace de son couteau. Ça se terminait toujours de la même façon. On retrouvait la victime quelques jours ou quelques semaines plus tard, nue et bâillonnée, pieds et mains liés, une expression de terreur sur le visage, avec ces deux mots mystérieux écrits dans la chair de sa cuisse, en grandes lettres de sang : itérations fractales. Voilà qui était pour le moins énigmatique comme expression. Les enquêteurs se creusaient la tête pour deviner ce que voulait dire cet enfoiré de serial killer. Ils n'avaient aucun indice, aucune piste à suivre, ni salive, ni trace de sperme, ni empreintes.

Le tueur tournait en rond tel un fauve en cage tout en se reprochant ce qu'il avait fait. C'était comme ça à chaque fois, quand l'excitation meurtrière retombait et qu'il se retrouvait face à lui-même, il s'imaginait tout un tas d'histoires, persuadé que c'était la vérité. Les jeunes filles qu'il assassinait l'avaient bien cherché, elles n'avaient qu'à faire ce qu'il demandait après tout, ce serait bien plus facile. Mais non, il fallait qu'elles chipotent, qu'elles se mettent à pleurer, à le supplier, certaines voulaient même jusqu'aller faire l'amour avec lui pour qu'il les laisse partir. Sauf qu'elles disaient "baiser". Ce n'est pas ça qui l'intéressait. La dernière qu'il avait prise en stop était actuellement enfermée dans le coffre de sa voiture garée sur le parking. Il l'avait seulement assommée, mais elle ne perdait rien pour attendre. Elle l'avait supplié de ne pas lui faire de mal, qu'elle ferait tout ce qu'il voudrait en employant des mots vulgaires. Ça l'a bien fait rire quand elle a dit quelque chose qu'il n'avait jamais entendu jusque-là et qu'il trouvait fort amusant, même s'il n'en comprenait pas bien le sens, comme quoi elle lui ferait une pipe s'il le voulait. Elle lui avait aussi promis plein d'argent, mais qu'est-ce qu'il en avait à foutre de son fric. Cette conne l'avait griffé au visage, et maintenant elle était dans son coffre, un bâillon bien serré autour de sa bouche de vipère, ligotée et nue comme toutes les autres, avec sa signature sur sa cuisse, "itérations fractales". Il avait lu ça quelque part, et tout de suite il l'avait adoptée, trouvant un certain charme poétique dans cette expression.
Tellement plongé dans ses pensées, il ne vit pas l'ombre se former derrière lui, aussi noire que les ténèbres, aussi glaciale que la mort. Elle se matérialisa, et dans sa main aux doigts effilés le scalpel qu'elle tenait pressa la gorge du meurtrier. Il sentit la pression de l'arme sur sa peau, l'haleine fétide de celui ou celle qui était dans son dos. Lorsque la lame lui trancha le cou et répandit son sang sur la moquette sale, il se retourna vivement et ouvrit des yeux démesurément grands.
Il n'’y avait personne derrière lui.





Au même instant, à deux kilomètres du motel, dans une clairière à l’'orée d'un bois, Ewan et Ruth s'allongeaient sur une couverture, dans la moiteur de cette journée de printemps.
Il ne savait pas trop y faire avec les filles tellement il était timide, à son grand désespoir. Et même plus, il n'éprouvait aucune attirance particulière envers elles, ce qui lui faisait se poser quelques questions existencielles.
La veille il en parla avec son amie Ruth, qu'il connaissait depuis sa plus tendre enfance. Elle comprit très bien le problème, fort peiné pour lui.

Elle lui proposa une chose assez délicate, venir ici et l’'aider découvrir si vraiment les filles ne lui faisaient rien, juste pour lui rendre service. Sans aller dire que c'était une fille facile, c’'était quelqu'un qui aimait beaucoup ça.
Ruth l'embrassait et le caressait, mais il n'y avait rien à faire. Ce qui aurait dû être aussi dur que du bois restait aussi mou qu'un spaghetti plongé dans l'eau bouillante. Pourtant elle s'y connaissait en la matière.
Quand une ombre se forma autour d'eux, ombre qui se matérialisa encore une fois en créature noire et démoniaque, ils ne la virent pas mettre ses mains autour du cou de la jeune fille pour le briser comme on brise une allumette. Ewan rouvrit les yeux en entendant le bruit sec des os qui se cassent et hurla de terreur en voyant l'abominable apparition. Il se releva en vitesse et courut dans l'air chaud de cette fin de journée pour lui échapper, pas plus habillé qu'un ver de terre. Il eut à peine le temps de faire une vingtaine de pas qu'elle était déjà devant lui. Elle lui déchira le ventre et en arracha tout l'intérieur. Il tomba sur le sol, face contre terre, une expression médusée sur le visage.
Il mourut comme il avait vécu, jeune et tellement malheureux.





Au motel dans la chambre huit, Franck aidait son petit frère à se mettre au lit. Il descendrait ensuite avaler une ou deux bières et reviendrait aussitôt après, car il n'aimait pas le laisser tout seul. Leurs parents étaient divorcés et ils allaient rendre visite à leur père. Avant de partir, maman leur avait donné toutes les recommandations d'usage. Sans être vraiment handicapé, le gamin ne pouvait pas être autonome. Il fallait constamment avoir quelqu'un avec lui, sinon il se comportait de façon bizarre, poussant de petits gémissements tel un jeune chat cherchant sa mère. Franck attendrait que Josh soit endormi avant d'aller s'en jeter une ou deux.
Pour le moment Josh regardait ses mains comme si c'était la première fois qu’'il les apercevait, les tournant et les retournant devant ses yeux. Il les observait avec une délicate attention, ce qui pouvait durer des heures si on n'y mettait pas fin.
Franck lui mit les bras de chaque côté du corps, remonta draps et couvertures, et lui donna un baiser sur le front. Il aimait beaucoup son frère, rageant contre l'infortune qui avait fait de lui quelqu'un de si fragile. Mais il avait absolument besoin de se dégourdir les jambes après tous ces kilomètres en voiture. Il attendit que son frère ferme les yeux et que sa respiration devienne calme et régulière, signe qu'il dormait profondément.

Lorsque ce fut le cas il enfila son blouson, sortit, ferma la chambre à clé et descendit les escaliers Il y avait quelqu'un qui se tenait dans l'embrasure de la porte d'entrée. Il semblait que c'était un vieil homme qui chancelait un peu sur ses jambes. Franck s'approcha. L'homme se tourna vers lui et demanda s'il n'avait pas vu sa femme, que ça faisait des heures qu'il la cherchait partout. Du sang s'écoulait de sa tête. Il en avait aussi plein les mains. Franck prit le vieil homme par le bras tout en lui demandant ce qui lui était arrivé. Ce qu'il vit le fit presque tourner de l'oeil. Tous les clients étaient allongés sur le sol, la nuque brisée, la gorge ouverte, faisant des angles impossibles avec leurs corps. Il y en avait même un d'empalé sur une tête de cerf accroché à un mur, souvenir de chasse du propriétaire du motel. Un des bois de l'animal ressortait de sa poitrine, à deux mètres du sol. Tables et chaises étaient toutes renversées, comme si une tornade avait sévi uniquement dans la salle.
Franck en était comme tétanisé, ne sachant que faire devant un tel carnage. Il réussit néanmoins à réagir. Sans même s'occuper du vieux qui continuait de lui demander s'il n'avait pas vu sa femme, il se rua dans l'escalier pour retrouver Josh. Arrivé devant la porte de sa chambre, il sortit sa clé et essaya de la fourrer dans la serrure, mais ses mains tremblaient tellement qu'il mit bien vingt secondes avant d'y arriver. Quand enfin il y réussit, il ouvrit la porte violemment et alluma l'interrupteur.
Le lit était vide, son frère avait disparu.





Un gros pick-up venait de se garer et Franck se précipita vers lui. Le conducteur ne comprenait rien à ce qu'il lui racontait, une histoire abracadabrante de frère disparu, de gens égorgés, de petit vieux couvert de sang. La femme assise sur le siège passager suppliait son mari de repartir au plus vite, d'aller passer la nuit dans un autre motel et de laisser là ce fou furieux qui débitait toutes ces sornettes.
L'autre essayait de repousser tant bien que mal le pauvre Franck qui se sentait tellement coupable et désemparé d'avoir laissé son petit frère seul dans la chambre, même si ça n'avait duré que quelques minutes. Le conducteur mettait déjà la main sur la clé de contact pour filer au plus vite, sans s'occuper d'entraider son prochain, lorsqu'un bruit de tôle les fit tous sursauter, comme si quelqu'un venait de s'écraser sur le toit de la voiture. Franck recula en même en temps que l'autre sortait de son véhicule pour voir ce qui venait de se passer. Tous deux furent saisis d'horreur. Une jeune fille ligotée et bâillonnée venait d'être jetée dessus. Elle ouvrait de grands yeux horrifiés. Une plaie de sang coagulé était sur sa cuisse. On aurait bien dit que c'était des mots qui y étaient inscrits. A part les phares du pick-up, les quelques lumières du motel et de la chambre de Franck, on n'y voyait plus grand chose une fois la nuit tombée.
La femme n'arrêtait pas de demander ce qui se passait quand une main attrapa ses cheveux et la tira au dehors par la vitre ouverte. Elle hurlait telle une démente en appelant son mari à son secours. Il courut sur le gravier en dérapant, se rattrapa de justesse à la carrosserie, fit le tour du véhicule et ne put que voir celle qui avait partagé trente années de sa vie disparaître dans les bois tout proche, son corps traîné sur le sol par son abondante chevelure. Il fonça tête baissée derrière elle, sans penser une seule seconde au danger qui pouvait s'y cacher. L'ombre se matérialisa derrière lui, le singeant dans sa course éperdue pour retrouver son épouse. Elle agrippa l'homme par le col. Il s'étrangla à moitié tant le coup fut brusque pour qu'il s'arrête. L'ombre sortit son scalpel de sa tunique noire et le passa sous la gorge du malheureux qui y porta instantanément les mains. Il retomba sur le sol, et le gravier rougit sous sa tête.

Franck vit tout ça et n'en crut pas ses yeux, fortement secoué. Qu4est-ce que c'était que cette chose qui apparaissait si soudainement pour assassiner des gens et repartait tout aussi vite, comme si jamais elle n'avait été là. Il était complètement paniqué maintenant, une seule pensée martelant son esprit. Il devait retrouver son petit frère, coûte que coûte. Comment avait-il pu disparaître alors que la porte était fermée à clé ? Mais après ce qu'il venait de vivre, plus rien n'était normal. Il se rua dans la chambre pour téléphoner, mais le fil était coupé. Le vieux était là, toujours à demander s'il n'avait pas vu sa femme. Franck lui répondit avec véhémence que putain de merde non il n'avait pas vu sa bon Dieu de femme, qu'il avait bien d'autres chats à fouetter pour l'instant.
En entrant dans le bar il chercha avec frénésie où était le téléphone. Enfin il le découvrit et le décrocha pour appeler la police. En portant le combiné à son oreille, une voix lui dit cette phrase qui lui fit froid dans le dos : "Tu ne m'échapperas pas !".

Il laissa tomber l'appareil sans même raccrocher et se mit à genoux devant l'un des cadavres. Malgré la répulsion qu'il éprouvait, il fouilla les poches du blouson et trouva ce qu'il cherchait, un téléphone portable. Il recomposa le numéro et avant qu'il ne dise quoi que ce soit il entendit cette autre phrase qui semblait venir de très loin, noyée dans un concert de sirènes d'ambulances : "Dépêchez-vous bon sang, nous sommes en train de le perdre !".
En entendant ça une sensation affreuse d'irréalité le fit frissonner, comme si tout ce qu'il venait de vivre était faux, un cauchemar où il se voyait maintenant allongé par terre, quelqu'un penché au-dessus de lui, le goût du sang dans la bouche.





Les secours étaient tous à pied d'oeuvre sur les lieux de l'accident. Un chauffard avait heurté de plein fouet un autobus d'une douzaine de passagers. Une autre voiture arrivant juste derrière n'avait pu l'éviter. Les ambulances donnaient les premiers soins. Les pompiers installaient une couverture sur les gens décédés et alignés sur le bas-côté de la chaussée. D'autres personnes étaient entre la vie et la mort, dont ce pauvre garçon qui luttait pour survivre. Un des médecins arrivés sur place criait aux ambulanciers de se dépêcher sinon ils allaient le perdre, mais il savait que c'était trop tard. Dans un murmure le mourant demanda : "Où est mon frère ?" Un petit garçon était à côté du jeune homme allongé, l'air hébété, tournant et retournant doucement ses mains devant lui pour les regarder, comme si jamais il ne les avait vues. Une femme s'approcha et le prit dans ses bras. Ce pauvre petit avait l'air légèrement handicapé. Peut-être ne comprendrait-il jamais ce qui venait d'arriver.
Ils venaient d'en perdre un autre d'à peine vingt ans. Ses dernières paroles furent pour réclamer une certaine Ruth. Une jeune fille était à côté de lui, morte elle aussi. Peut-être était-ce elle ? Ils chercheraient les noms et adresses plus tard, pour l'instant il y avait beaucoup plus urgent.
Le masque à oxygène sur le visage d'une femme d'une soixantaine d'années ne permit pas de la sauver non plus. Quelques secondes avant de mourir elle dit dans un faible murmure que quelque chose la saisissait par les cheveux et l'entraînait dans les bois. Son mari, qui devait être parmi les cadavres, avait couru après elle mais une ombre lui avait soi-disant coupé la gorge. La pauvre femme devait certainement délirer juste avant de rendre l'âme.
Au carrefour le shériff du comté jeta un oeil dans le coffre de la voiture qui venait d'emboutir le bus. La tête du conducteur reposait sur le volant, fracassée sous le choc. Le flic n'en crut pas ses yeux : une jeune fille baîllonnée et ligotée se trouvait à l'intérieur, nue et morte. Sur sa cuisse était gravée la signature du serial killer que toutes les polices de l'état recherchaient depuis des mois.

Pendant que les secours continuaient leur travail, la mort guettait chacun des accidentés, sa main triturant le scalpel dans le fond de sa poche. Elle venait d'en emmener quelques-uns. Un affreux rictus sur les lèvres, elle se délectait d'avoir autant de monde autour d'elle. Dès qu'ils franchiraient sa frontière, entre la vie et la mort, ce serait trop tard pour eux. Elle les emporterait dans son antre, juste le temps qu'ils voient qui elle était réellement. Elle avait bien faillit avoir le vieux et l'avait également emmené avec les autres mais il n'avait qu'une blessure à la tête et avait été obligée de le relâcher. Par contre sa femme...

Le vieil homme qui conduisait l'autre véhicule continuait sans relâche de demander à tout le monde si personne n'avait vu son épouse. Il ne semblait pas avoir trop de mal, à part une plaie à la tête qui saignait beaucoup. Par contre son épouse avait eu bien moins de chance car le choc l'avait éjectée sur le macadam, tuée sur le coup.
Deux brancardiers installèrent le vieux bonhomme sur une civière. Il leur demanda d’'une voix plaintive : ‘"Je cherche ma femme, vous n’'avez pas vu ma femme ?’"

Toutes ces vies éteintes en si peu de temps par cette fin d’après-midi de septembre, toutes ces existences soufflées telle la flamme d'une bougie, le destin joue bien mal avec les hommes parfois.
Et la mort attend son tour, confiante et souriante.

auteur : mario vannoye
le 07 avril 2008